-->

Sarah Biasini comédienne

Sarah Biasini, une comédienne de talent.

14 juillet 2015

Je vous conseille cette page très interessante du OFF d'Avignon

https://www.facebook.com/avignonleoff?fref=nf

 

ainsi que celle du Théâtre du Chêne Noir

https://www.facebook.com/profile.php?id=100009360089780&fref=ts

 

 

 

 CRITIQUE DE RING

 

Construit comme un match de boxe de dix-sept rounds entre un homme et une femme, Ring autopsie le couple dans tous ses états. Tel un scalpel, la plume sans concession de Léonore Confino égratigne nos certitudes et dessine un portrait tendre, incisif et terriblement humain des relations amoureuses. Sur scène, les corps s’attirent, se rejettent, s’enlacent et s’éloignent dans un élégant ballet chorégraphié par Magalie B. La sobre et inventive mise en scène de Catherine Shaub souligne avec réalisme la banalité du quotidien… Affrontez ce spectacle  sans peur et ranimez la flamme.

L’argument : Sarah Biasini et Fabio Zenoni, entre étreintes et uppercuts, pulvérisent, avec une énergie euphorisante, nos certitudes sur le couple. Ring, c’est un terrain de jeu. Pas question de tempérer ses efforts. Parents, amants, étrangers, maris et femmes, Adam et Eve, divorcés, tous se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs réflexes d’enfants. Les clichés sautent, les étiquettes se décollent pour questionner en profondeur le sens ou non-sens de la relation à deux.

RING_etreintelit_BASIANI_THEATRE_Nchene_noir_©Youri_Abenchikar_@loeildoliv

Etreinte entre une femme (Sarah Biasini) et une homme (Fabio Zenoni) qui s’aiment © Youri Abenchikar

La critique : Une toile blanche tendue, immaculée, délimite le terrain de jeu où s’échange les baisers, les coups de poing, les « gnons », les coups bas, les murmures et les râles. C’est dans ce Ring – estrade entourée de cordes ou anneau - que deux êtres, un homme et une femme vont se chercher, se déchirer, s’aimer, se comprendre et se détester. Au gré des situations, ils vont écrire leurs histoires en marchant, dansant, courant et virevoltant. C’est un véritable ballet des corps qui esquisse par petite touches, par petites griffes, le quotidien des couples. De paroles en cris, de câlins en violence, d’indifférence en passion, Camille, tantôt homme, tantôt femme, incarnation de la multiplicité du couple, raconte sa vie, ses blessures, ses émotions. Rien de trivial ou de vulgaire, les mots de Léonore Confino sont concis, précis, tranchants comme des couperets, doux comme des agneaux. Son écriture moderne et rythmée passe avec virtuosité du comique au drame, mais jamais ne dévie dans la facilité ou l’outrance. Elle peint le quotidien sans fard, quitte à titiller le spectateur dans ses retranchements, à la limite du malaise,  le forçant à prendre conscience de la dérive de sa propre histoire. On peut toutefois regretter que dans son propos, la femme soit souvent la fautive. Erreur de jeunesse à n’en pas douter.

Parents, amants, étrangers, séparés, mariés, couple biblique originel, rencontres d’un soir et plans « drague » à la limite du coma éthylique, composent cet incroyable patchwork de saynètes qui se suivent et s’enchevêtrent avec fluidité. La mise en scène de Catherine Shaub souligne le propos et le sublime. En limitant le décor à un banc et un lit qui apparaissent et disparaissent au gré des circonstances, elle utilise cette page blanche qui sert de toile de fond pour incruster des projections vidéo ponctuant chaque histoire, modulant à loisir l’espace et l’environnement de ces couples à la dérive. Cet esthétisme épuré s’accorde parfaitement avec le sens profond de la pièce et avec les réflexions de l’auteure sur le couple.

Dans ce Ring, nos deux comédiens s’accordent à la perfection. Leurs corps s’unissent en symbiose dans une chorégraphie du baiser parfaitement orchestrée par Mélanie B. Fabio Zenoni se fond avec une étonnante et incroyable facilité dans tous les personnages qu’il incarne, de l’ex-compagnon jaloux au « beauf », en passant par l’amoureux transi et le père de famille épuisé. Il nous emporte sur toutes les cordes du sensible sans jamais nous laisser en chemin. Sarah Biasini garde quelque chose de l’enfance. Plus à l’aise dans le rôle de la femme enfant, elle surprend toutefois dans les nuances plus dures et plus dominatrices des protagonistes qu’elle interprète.

RING_saluts_Credit_Youri_Abenchikar_BASIANI_CHENE_NOIR_@loeildoliv

Ring, match de boxe sentimental © Youri Abenchikar

De cette bataille entre les deux sexes, de cette harmonie des sentiments, de cette vision hyper-réaliste des tribulations de couples, le public, légèrement « sonné », est renvoyé à sa propre histoire… Un uppercut salutaire à prendre tel quel, sans modération.

source : http://www.loeildolivier.fr/

Posté par sandrine66 à 12:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Shooting

sarah cheveux courts 1

sarah cheveux courts2

sarah cheveux courts3

sarah cheveux courts4

sarah cheveux courts

sarah lunettes soleil

Photographe : Luc Roux

Posté par sandrine66 à 09:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2015

FNAC Avignon le 13 juillet

11214123_1648622165355818_5269902339871898343_n

11403157_1648621375355897_4632935997253735893_n

Posté par sandrine66 à 22:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2015

sarah avignon 2015 rire

Posté par sandrine66 à 21:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 juillet 2015

sarah le pouce

Et c'est parti au théâtre du Chêne Noir jusqu'au 26 juillet (relâche les 10, 17 et 24 juillet). Rendez-vous à 16 h 45 mn !!

Posté par sandrine66 à 23:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2015

zenoni

Posté par sandrine66 à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Interview

 

sarah avignon 2015 b

 

Retrouvez une "brève" interview de Sarah et Fabio ici :

 

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2015/07/04/sarah-biasini-et-fabio-zenoni-evoquent-la-piece-ring

 

sarah avignon 2015

Posté par sandrine66 à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

 

Sarah Biasini et Fabio Zenoni, entre étreintes et uppercuts, pulvérisent avec une énergie euphorisante nos certitudes sur le couple. Ring, c’est un terrain de jeu. Pas question de tempérer ses efforts. Parents, amants, étrangers, maris et femmes, Adam et Eve, divorcés, tous se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs réflexes d’enfants. Les clichés sautent, les étiquettes se décollent pour questionner en profondeur le sens ou non-sens de la relation à deux.

Le Monde - L’écriture vive, subversive, résolument moderne, suscite le rire et l’effroi. Jusqu’à tendre un miroir corrosif et salutaire sur notre quotidien.

Le Parisien - On en sort sonné, amusé, ému mais aussi concerné : ces phrases, ces situations, on les a en partie vécues.

Le Point - Un spectacle tout à fait fascinant puisque Catherine Schaub et Léonore Confino se sont accordé la liberté de la forme. Elles font vivre, respirer le plateau comme c’est rarement le cas.

Le Journal du Dimanche - Les pièces sur le couple ne sont pas rares. Celle-ci est unique.

Posté par sandrine66 à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2015

FESTIVAL OFF D'AVIGNON   :   

                       Une pluie de vedettes va investir le Chêne Noir

 

 

 

theatre chene noir 2015

Théâtre du Chêne noir : Anne-Marie Philippe, Eric Métayer, le clan Mesguich, Aurore Auteuil, Marie-Christine Barrault, Christophe Alévèque, Jacques Frantz ou Claire Borotra, de grands noms à l’affiche cet été !

Après une saison d’hiver riche et variée, juillet au Chêne noir promet à son tour une kyrielle de très bons moments de théâtre. Le programme a été dévoilé mardi soir aux abonnés et spectateurs réguliers du théâtre en présence des artistes. « Ces artistes qui soufflent sur les braises et apportent l’âme » comme l’a souligné Gérard Gelas, le directeur du théâtre. L’an dernier, le Chêne noir avait comptabilisé plus de 38 000 entrées, un record. Cette année 15 spectacles sont programmés dans les deux salles et devraient séduire les publics avignonnais.

La création de Gérard Gelas “Un cadeau hors du temps” écrit par son ami Luciano Nattino atteint de la maladie de Charcot et traduit par Camille Gelas nous emportera dans un thriller psychologique. Un texte bouleversant que Claire Borotra et Jacques Frantz interprèteront avec cœur. La musique est signée Christian Vander et l’univers pictural Gérard Alary, artiste.

Aurore Auteuil interprète et signe “Sahar et Jérémy”

La famille Mesguich sera à l’honneur avec William qui signe la mise en scène et joue dans “Noces de sang” de Federico Garcia Lorca. L’histoire d’un mariage contraint, d’une femme qui doit épouser un homme mais qui en aime un autre « un texte puissant, éminemment poétique » indique William. Celui-ci sera aussi à l’affiche du “Prince Travesti” de Marivaux, mis en scène par son père Daniel. Une pièce où il partage la distribution entre autre avec l’une de ses sœurs : Sarah Mesguich. Côté têtes d’affiche, le Chêne noir reçoit aussi la sublime Sarah Biasini dans la pièce “Ring” de Léonore Confino. « Un spectacle organique, une comédie sur nos petits travers de femme […] qui permet d’affronter la vie de couple avec plus d’énergie ! » Dans ce off 2015, la grande Marie-Christine Barrault sera quant à elle Maguerite Yourcenar dans “Les yeux ouverts”, l’adaptation d’un livre d’entretiens avec Matthieu Galey. Eric Métayer nous emmènera dans une comédie loufoque au fin fond de l’Irlande avec “Des cailloux plein les poches”. La pétillante Aurore Auteuil signe le texte qu’elle interprète, mis en scène par Ladislas Chollat “Sahar et Jérémy”. Une pièce sensible et poétique sur la rencontre…

Théâtre du Chêne Noir, 8 bis, rue Sainte-Catherine. Réservations au 04 90 86 58 11 et sur www.chenenoir.fr

Sarah Mendel

Posté par sandrine66 à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2015

Rencontre

 

 

Rencontre avec Sarah Biasini et Fabio Zenoni

A l'occasion du Festival d'Avignon (84), les comédiens Sarah Biasini et Fabio Zenoni viennent à la rencontre du public, pour présenter le spectacle "Ring", le :

Lundi 13 juillet 2015 à 14h00 au rayon "Livres" FNAC - 19 rue de la République - 84000 Avignon

A propos du spectacle "Ring"

Sarah Biasini et Fabio Zenoni, entre étreintes et uppercuts, pulvérisent avec une énergie euphorisante nos certitudes sur le couple.  Ring, c’est un terrain de jeu. Pas question de tempérer ses efforts. Parents, amants, étrangers, maris et femmes, Adam et Eve, divorcés, tous se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs réflexes d’enfants. Les clichés sautent, les étiquettes se décollent pour questionner en profondeur le sens ou non-sens de la relation à deux. Le Monde - L’écriture vive, subversive, résolument moderne, suscite le rire et l’effroi. Jusqu’à tendre un miroir corrosif et salutaire sur notre quotidien. Le Parisien - On en sort sonné, amusé, ému mais aussi concerné : ces phrases, ces situations, on les a en partie vécues. Le Point - Un spectacle tout à fait fascinant puisque  Catherine Schaub et Léonore Confino se sont accordé la liberté de la forme. Elles font vivre, respirer le plateau comme c’est rarement le cas. Le Journal du Dimanche - Les pièces sur le couple ne sont pas rares. Celle-ci est unique.

 

Posté par sandrine66 à 13:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]