-->

Sarah Biasini comédienne

Sarah Biasini, un sourire à la Vie...

14 décembre 2014

La tempête vue par Benito Pelegrin

 

 

La fin des utopies 1516 : Thomas More publie son Utopie, pleine des rêves de renouveau de la Renaissance. À Rotterdam, près d’Érasme, dans les Pays-Bas de Charles Quint, lui arrivent tous les récits des navigateurs sur des îles merveilleuses découvertes par l’Espagne. Dans une de ces îles, sans doute Cuba, mais pensé pour sa Grande-Bretagne, il situe le songe de sa société idéale : Christophe Colomb, marquait sur sa carte des îles qu’il croyait le Paradis terrestres, et, dans son sillage, les religieux espagnols rêvent de recréer aux Amériques l’idéal évangélique qui a échoué dans une Europe qui se déchire sur des conceptions antagoniques d’un même Dieu d’amour. L’homme naturel n’y paraît pas encore contaminé par le péché : à Nouveau Monde, homme nouveau. C’est notre continent qui, par la découverte du nouveau, est devenu soudain le Vieux Monde, failli, en faillite. 1611-1612 : Shakespeare, d’une nation enfin lancée dans les découvertes d’outre-mer, écrit sa Tempête : une contre-utopie, même s’il en reste des traces amèrement nostalgiques dans la bouche du bon Gonzalo qui conclut sa fameuse tirade évoquant le sommet de l’utopie que fut le mythique Âge d’Or :

«Je voudrais gouverner dans une telle perfection, seigneur, que mon règne surpassât l'âge d'or.»

Emblème colonialiste À l’inverse de Prospéro, le Gonzalo naufragé rêve de gouverner un peuple innocent, comme le pensait le Montaigne des Cannibales. Mais un siècle est passé, les illusions aussi. L’homme nouveau n’est pas l’être pur imaginé, il est même anthropophage, et les hommes du Vieux Monde, sur les traces des premiers navigateurs hispaniques, spoliant et exportant leurs richesses, ont importé leurs vices. Les Espagnols sont passés, de l’enthousiasme de l’exploration, à l’exploitation ; et dans l’île allégorique de la Tempête, où, ancien duc de Milan déposé par son propre frère, règne la magicien Prospéro sur des esprits esclaves, l’un de la terre, l’autre de l’air, le fils de la sorcière et Ariel, on les voit même, de leurs possessions européennes de Milan et de Naples, duc usurpateur et roi complice escortés des conseillers machiavéliques du prince, implanter dans une île touchée aussi par le mal en la personne malheureuse de l’indigène diabolisé, y implanter leurs conspirations, leurs complots, jusque dans les personnages bouffes de Trinculo et de Stéfano. Quant à l’esclave, révolté contre le prospère Prospéro colonialiste, pour s’en libérer, tombe de mal en pis, se donnant de nouveaux maîtres, de nouvelles chaînes : Caliban, dénotant ou connotant le cannibale, dont le nom, dans la Cuba de la Révolution castriste, deviendra l’emblème revendiqué hautement par Roberto Fernández Retamar puis toute l’Amérique latine, d’une culture autochtone, « cannibale », nourries des autres, la culture métisse.

Résolus les problèmes théologiques longuement débattus à Valladolid par les Espagnols sur l’âme des indigènes non christianisés au profit moderne de la rentabilité économique, emblème de la bonne conscience colonialiste, La Tempête apparaît, dans la personne du mage Prospéro, comme le triomphe cynique et tranquille du colonisateur : la domination et la spoliation contre l’alphabétisation.

La fin des thaumaturges Replacée de la sorte dans ce cadre historique, mais élevée à la dimension théologique, comme je l’ai également écrit[1], au sortir d’une Renaissance qui commence à opposer Raison et Foi, annexant et érigeant même l’astrologie/astronomie en science naturelle pour lutter contre la prédestination protestante et la providence catholique et arracher l’homme au divin pour le rendre à la nature, La Tempête peut se lire comme la fin des thaumaturges qui, entre rationalisme renaissant et science balbutiante, sans rompre prudemment avec la religion, se sont dressés en rivaux humains d’un Dieu sourdement contesté, relégué, de sa septième sphère du géocentrisme, au fin fond d’un cosmos héliocentré découvert toujours plus vaste où il finit par se dissoudre ou se perdre. Adieu les Paracelse, Nostradamus et ce Faust séduisant déjà Marlowe. Pour l’heure, Prospero, qui distingue encore entre magie noire, celle de «la hideuse sorcière Sycorax» (Acte I, 2, v. 258) et la sienne, blanche, est un démiurge à l’image de Dieu, puisqu’il a le pouvoir de réveiller les morts (Acte V, 1, v. 48-50). Cependant, il ne s’oppose pas, comme Faust, à Dieu puisqu’il estime la magie un « art grossier» qu’il abjure à la fin, s’empressant de la rendre aux entrailles de la terre comme il engloutit dans les abysses le livre des charmes dès lors qu’il aura requis la «musique céleste» qui doit «plier les sens» (Acte V, 1). C’est la même harmonie qui émerveille le jeune Ferdinand sauvé du naufrage, qui doute qu’elle soit humaine (Acte I, 2, v. 391), triomphe de l’esprit de l’air, céleste, sur la pesanteur matérielle de la terre, victoire de l’imagination, de l’art, sur la réalité brute et brutale. Les adieux de Prospéro à la magie, restauré comme temporel et terrestre duc de Milan, c’est le Shakespeare ultime renonçant aux sortilèges de la scène, mais reconnu souverain duc du théâtre du monde.

1tempete 'Réalisation et interprétation Sans chercher apparemment d’autre transcendance que celle du ciel des cintres et de la magie du théâtre, c’est cette vision que nous a offerte la belle réalisation du CADO d’Orléans dans l’efficace mise en scène de Christophe Lidon, qui participe aussi à l’adaptation (quelques coupures du texte et de personnages encombrants, suite de courtisans, moissonneurs, esprits, nymphes et dieux) de Michael Sadler qui signe aussi la traduction. La simple mais habile scénographie de Catherine Bluwal évoque le théâtre de tréteaux baroque en convoquant tous les moyens modernes : un plateau circulaire tournant, dentelé d’une épure de rocs et de vagues, silhouette de l’île et crêtes de la mer, évite les temps morts et crée, comme par la grâce d’Ariel, qui le fait tourner, de rapides changements de décor et de scène. À la circularité du plateau mouvant répond le cercle changeant de la lune de la magie et de l’astronomie : rotondité de la terre contre celle de l’astre, répons analogique de la terre et du ciel, monde baroque composé d’opposés et, à voir ces formes rondes, orondes, l’on rêve au «théâtre du Globe» bâti et baptisé par Shakespeare. Les lumières fantasmagoriques ou rêveuses de Marie Hélène Pinon, zébrées d’éclairs de la tempête, les projections vidéo de Léonard, cieux changeants, orage de la rage de Prospero, visions plantureuses de repas, de trésors, et la musique, plutôt les sons étranges de Christophe Sechet (même si on regrette l’absence des jolies chansons d’Ariel), participent d’une réelle magie théâtrale dont on sait les artifices merveilleux qui nous rendent à notre esprit d’enfance, même avec ses délicieuses terreurs, comme ces créatures apparues, crochues, issues de quelque BD ou film de science fiction : magnifiques costumes de Chouchane Abello, manteau de Prospéro, belles robes de Miranda, Espagnols de Milan et Naples hautainement cuirassés et bottés, un Caliban monstre hybride d’écailles et un Ariel joliment sanglé dans un agile justaucorps gymnique ou galactique, brillant sans doute d’une obscure clarté qui tombe des étoiles. Seule concession, ou plutôt clin d’œil malicieux à la soi-disant modernisation déjà antique qui traîne dans tant de mises en scènes depuis cinquante ans, un uniforme moderne au tout début, de capitaine de navire contemporain, mais signe ici du théâtre dans le théâtre où nous sommes car les personnages de la pièce, les naufragés espagnols, en costume d’époque, font irruption de la salle réelle pour grimper sur la scène de l’illusion. Le tempo est vif, sans solution de continuité dans cette pièce baroque qui respecte, comme tant d’autres, dans la tradition aristotélicienne, bagage commun à l’époque, unité de lieu, l’île, et de temps, un jour, que seule la méconnaissance cocardière de certains raccorde abusivement à un théâtre français «régulier» qui ne s’imposera que trois ou quatre décennies plus tard. Le jeu des acteurs est remarquable de bout en bout, du début de la troupe aux comiques du troupeau : en sorte de clowns beckettiens mais sans rien de tragique, le Trinculo de Denis Berner, le pleutre, le peureux, est d’une mobilité de visage et de gestes admirable et son pendant et pendard complice contrasté et maître Stéphano, est campé par un Joël Demarty, ivrogne gueulard et gaillard magistral : un couple de Laurel et Hardy, mais agités et bouillonnants, un régal. Ce dernier fera aussi un touchant Alonso, roi de Naples, bouleversé par la mort de son fils, du moins croit-on le reconnaître car, malheureusement, la distribution se contente de donner le nom de l’acteur jouant Prospero, les autres venant dans un injuste désordre pas facile à démêler. Jean‑Marie Lardy, le frère usurpateur, est un Antonio élégant, distillant le venin machiavélique de la conspiration au Sébastian plus rude et rugueux de Jacques Fontanel. Voix franche et vraie du bon et loyal Gonzalo, Jean-Loup Horwitz, est un impressionnant Gonzalo utopiste et généreux. Le couple de jeunes premiers, forcément convenu, est composé du Ferdinand, d’Adrien Melin à la douce voix juvénile et à la noblesse de gestes et d’une Miranda, au rôle plus long à laquelle Sarah Biasini prête une jolie vivacité, une nervosité impatiente : le jeu d’échec entre les chastes fiancés devient une plaisante scène presque érotique où l’on sent que la chasteté est justement en échec quand sait comment l’esprit vient aux filles, prenant littéralement, le dessus corporel sur le mâle. Le Caliban, qui n’est pas noir, antécédent violeur de la femme blanche du Monostatos de La Flûte enchantée, est Dominique Pinon, impressionnant, bouleversant : il feutre sa voix, feule, grasseye, éraille, éructe ses imprécations contre le colonisateur esclavagiste, gueule presque cassée de victime désignée de ceux dont dirait Gracián : «De rien ne sert d’avoir raison avec un visage qui a tort», délit de faciés, délit d’ethnie par sa mère, indigène, autochtone, propriétaire des lieux dépossédé par l’homme blanc. Parallèle aérien, tout aussi esclave mais promis à la liberté, révolté aussi mais soumis par nécessité dans ce jeu déjà hégélien du maître et de l’esclave, l’esprit des airs Ariel, autre Puck évanescent, c’est Maxime d’Aboville, physique de gamin, de sympathique sale gosse à la voix rauque de fumeur clandestin, entre la Guerre des Étoiles et Tintin dont il arbore la houppe ; il est étourdissant de grâce agile, bondissante, tournoyante, virevoltante, touchant et on croit rêver de l’avoir entendu en bouleversant curé de campagne de Bernanos. Alain Pralon, Sociétaire honoraire de la Comédie française est un Prospero magistral mais qui a d’emblée abdiqué la magie sinon celle du théâtre par son jeu riche en diverses nuances d’affect, paternel, patelin, menaçant, ironique, mais toujours décalé, par son prosaïsme humain, de la grandeur inhumaine du thaumaturge. Et c’est là sans doute, sans l’imputer à ce grand comédien qui joue le jeu du théâtre en montrant qu’il est là sans l’être totalement, personnage et non personne, le résultat du postulat de Lidon qui traite la pièce dans le divertissement, dans le pur théâtre. Cela est signifié par la belle scène de théâtre dans le théâtre des figurines en ombres chinoises contre la paroi de la caverne, qui réfère, bien sûr à Platon, mais sans désir suffisamment théâtralisé de l’élever du physique humain à la métaphysique :

«Nous sommes faits de l’étoffe des songes, Et notre infime vie est cernée de sommeil»

On en reste donc, face à ce spectacle, dans l’éblouissement de Gonzalo qui dit l’ambiguïté du théâtre :

«Je ne saurais jurer que cela soit ou ne soit pas réel».

Mais ce manque de magie est surtout verbal. Pas de différence de langue, de rythme, dans cette adaptation, entre Caliban et Prospero dans leurs réciproques tirades insultantes. Shakespeare, dans sa pièce, passe de la prose aux vers, du pentamètre iambique à une grande diversité de mètres et de rythmes, qui font sens par rapport à qui s’exprime. Cette adaptation en prose, prosaïque donc, pèche par une uniformité de ton qui contrevient à l’esthétique baroque fondée sur la variété des trois registres rhétoriques, mêlant le style humble au sublime en passant par le moyen dans des effets de contraste permanent. Le grand reproche que l’on peut faire à cette approche c’est que, si elle respecte le sens, elle trahit le son, la langue : la poésie en somme.

Photo fournie par le théâtre : Caliban (Dominique Pinon) chevauchant la vague ou la falaise.

Benito Pelegrin

source : http://benitopelegrin-chroniques.blogspot.fr/

Posté par sandrine66 à 16:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

miranda

Posté par sandrine66 à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Critique La dépêche du Midi

 

Un spectacle enchanteur qui mêle le merveilleux, le drame et le burlesque, le fantastique et l'humain : «La Tempête», chef-d'œuvre de William Shakespeare, s'installe dès ce soir, et pour quatre représentations jusqu'à dimanche, sur la scène de la grande salle d'Odyssud à Blagnac. On y retrouve ce monde du merveilleux, peuplé d'elfes et de fées, qui faisait la magie du «Songe d'une nuit d'été». La nouvelle production est mise en scène par Christophe Lidon. Michael Sadler s'est occupé de la traduction et de l'adaptation du texte.

En tête de distribution, Claude Rich, en convalescence après une intervention chirurgicale imprévue, a été obligé de renoncer définitivement à interpréter Prospero.

Il est remplacé par Alain Pralon, l'un des plus grands comédiens de sa génération. Membre de la Comédie Française pendant quarante ans, il s'est illustré dans les plus grands rôles du répertoire. On l'a vu à Odyssud dans «Le Malade imaginaire» et, très récemment, aux côtés de François Morel dans «Le Bourgeois Gentilhomme». Alain Pralon est entouré de Dominique Pinon, Sarah Biasini et de sept autres comédiens.

 

La Dépêche du Midi

Posté par sandrine66 à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2014

Critique RMT News international

 

sarahlatempete

 

  Dans cette comédie-féerie qui peut être considérée comme l’adieu de Shakespeare au théâtre,et qu’on s’accorde à désigner,avec Hamlet,comme un sommet de l’esprit humain,le poète s’abandonne sans contrainte au jeu de son imagination,repoussant toute subordination au monde réel.

     La pièce met en scène Prospero,Duc de Milan,chassé de ses états par son frère Antonio. Avec sa fille Miranda,il a abordé dans une île mystérieuse où il est devenu une sorte de magicien illusionniste. Il y a asservi le monstre Caliban qui avait tenté de lui ravir sa fille,et a fait d’Ariel,gracieux lutin ailé,génie de l’île,son ami.Obéissant à Prospero, Ariel déchaîne une tempête qui jette sur les rivages de l’île Ferdinand, le fils d’Antonio,avec un groupe de naufragés dont le Roi de Naples Alonso et son frère Sébastien. Des actes gratuits,des complots politiques vont se tramer puis échouer. Fernando et Miranda vont s’aimer,le jeune homme va surmonter les épreuves auxquelles le soumet Prospero qui finira par renoncer à sa vengeance et à ses pouvoirs de mage.
     Il y a lieu de remarquer encore que c’est à partir d’un immense bric à brac de faits divers et de fables romanesques que Shakespeare a fait cette pièce,ordonnant en un tout harmonieux le potentiel dramatique qu’il pouvait en extraire.
     La mise en scène de Christophe Lidon,qui est aussi le remarquable adaptateur du texte,réussit ce tour de force de mettre en valeur tous les aspects de cette tragi-comédie féerique à partir d’une direction d’acteurs exemplaire.
     Après la scène initiale de la tempête qui fait évoluer les acteurs en costumes du XVIème siècle dans la salle,le rideau se lève sur la grotte de Prospero,plateau circulaire tournant avec mur écran en forme de rocher sur lequel les images vidéo vont jouer de temps à autre,leur rôle magique(décor de Catherine Bluwal).
     Alain Pralon,de la Comédie Française,incarne un Prospero enchanteur et devin qui impose la logique du surnaturel avec une sérénité olympienne. Sarah Biasini(Miranda)se comporte comme une ingénue timide puis audacieuse.Dominique Pinon,en Caliban aborigène hideux,se traîne comme un monstre de foire rongé par un sentiment d’infériorité. Les deux bouffons qu’il accueille,Trinculo et Stefano,créent une atmosphère insolite de commedia dell’arte. L’invisible Ariel,dans un esprit de gratuité et de jeu,adopte un comportement d’enfant espiègle et cruel. Quant aux princes et seigneurs,ils ont tous quelque chose de hautain et d’inquiétant qui irradie une étrange poésie,en particulier lorsqu’ils défilent dans la dernière scène,dans une parabole d’aveugles.
     On ne ressent aucun moment d’ennui pendant ce spectacle,création du CADO d’Orléans,qui dure deux heures et participe du plaisir du théâtre.

L’accueil enthousiaste du public du Toursky récompense chaleureusement cette troupe brillante qui sert à merveille ce chef d’oeuvre du répertoire anglais.

Ph.Oualid
source : http://www.rmtnewsinternational.com/

Posté par sandrine66 à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2014

Dates et Lieux

La Lettre d'une Inconnue continue de nous faire vibrer. Voici les dates :

 

Versailles (78) - Mardi 16 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Montansier : 
•Versailles (78) - Mercredi 17 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Montansier
•Vichy (03) - Dimanche 21 décembre 2014 à 15h00 - Opéra de vichy

Posté par sandrine66 à 18:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Dates et lieux

La tournée de La Tempête continue ce mois-çi, voici les dates et les lieux où vous pourrez assister à une representation :

 

Dates et lieux des représentations :


Grenoble (38) - Jeudi 04 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Municipal   
•Grenoble (38) - Vendredi 05 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Municipal
•Blagnac (31) – Jeudi 11 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Odyssud 
•Blagnac (31) – Vendredi 12 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Odyssud...
•Blagnac (31) – Samedi 13 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Odyssud
•Blagnac (31) – Dimanche 14 décembre 2014 à 15h00 - Théâtre Odyssud
•Massy (91) - Mardi 16 décembre 2014 à 16h00 - Opéra de Massy 
•Fréjus (83) - Mardi 06 janvier 2015 à 20h30 - Théâtre Le Forum
•Courbevoie (92) - Jeudi 08 janvier 2014 à 20h45 - Espace Carpeaux 
•Montrouge (92) - Vendredi 09 janvier 2015 à 20h30 - Théâtre Le Beffroi
•Elancourt (78) - Samedi 10 janvier 2015 à 21h00 - Théâtre Le Prisme  
•Alès (30) - Mardi 13 janvier 2015 à - 20h30 - Théâtre Le Cratère  
•Alès (30) - Mercredi 14 janvier 2015 à 20h30 - Théâtre Le Catère

Posté par sandrine66 à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2014

Critique La tempête

Ce jeudi à la Coupole , on donnait Shakespeare

 

la tempete

 

La Tempête, à part les déclamations lyriques des personnages , où se loge le tragique de la pièce ? Dans le titre peut-être , mais ce sera tout , à notre grande joie .  D’ailleurs , tout se termine bien : mariage  et réconciliation , un peu comme dans un  bon film americain , et puis , il y a les méchants et les gentils , comme ça on est tous contents : cher Dominique Pinon , on a adoré vous détester  , vous, Caliban , fils de sorcière,  le crabe -araignée qu’on imagine volontiers gluant genre progéniture d’Allien qui aurait oublié de grandir , plus souvent à terre que debout  et prêt à toutes les compromissions pour vous libérer du joug du bon Prospero , roi déchu  mais nouveau colonisateur -oui , nous sommes sur une île et Prospero y héberge ses esclaves, Caliban l’homme poisson et Ariel , son génie des airs déguisé en chanteur pailleté années 80   -.

La Tempête  démarre sur un spectaculaire naufrage dont les victimes , Capitaine de bord en premier comme il se doit – assis au premier rang en marinière JP Gaultier- surgissent , non pas de la scène mais de la salle dans une joyeuse cacophonie scandée de » on va tous mourir, au secours ? « par un trio comique enfraisé  et gesticulant apportant peu de crédit à la tragédie mais beaucoup à la comédie, bien que la situation soit assez proche de celle des infortunés passagers du Radeau de la Méduse  ; et rien n’y fait pour inverser la tendance , pas même l’insistance de Gonzalo , le fidèle conseiller de Prospero  , se désolant à grands cris de subir une mort si humide tout en  suggérant la pendaison pour l’incapable Capitaine de vaisseau.  Dans un premier temps , pas facile de comprendre de quoi il retourne mais Christophe Lidon , ingénieux metteur en scène de cette Tempête rédemptoire  ,disposant de davantage d’artifices que Shakespeare en 1612 , nous éclaire sur le positionnement des protagonistes grâce à un plateau tournant figurant l’île où sont enfermés Prospero , sa fille et Caliban l’affreux, une video projetant le naufrage des traitres( le roi de Naples, son fils Ferdinand ainsi que le frère parjure de Prospero, Antonio) , sans compter les effets de lumière superbes de  MarieHélène Pinon qui rendent crédible l’aspect dramatique de la scène.

 Ou est la force , ou est la puissance ?

Gardons-nous des préjugés car les puissants changent parfois de camps : dans La Tempête , ce sont évidemment les éléments naturels qui dominent largement la situation . Chez les humains , la puissance change de main passant du clan du frère félon à celui de Prospero et de sa fille Miranda par la grâce de la magie . Prospero martyrisé mais Prospero  libéré ! La magie , c’est lui ,la tempête, c’est lui  ! Le  roi de Naples,  son fils Ferdinand ainsi que le frère parjure  Antonio , sont les victimes méritées du roi légitime , la morale est sauve . Les vilains, dont Caliban le gnome démoniaque  ,la  brute infernale ,  sont traîtés comme il se doit – les gentilshommes à fraises sont engloutis par des pieuvres monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler les calmars geants de Vingt Milles Lieues Sous les Mers ; et , comme pour insister sur la tendance peu vertueuse des hommes de céder à la tentation, les sirènes d’Ulysse prennent ici la forme d’un immense banquet que n’aurait pas renié Marco Ferreri et sa Grande Bouffe : la chair est faible !  Les gentils amoureux ,( un peu niaiseux quand même ) Miranda et Ferdinand ,sont adoubés par les deux chefs de  camps autrefois ennemis , les rois et les frères sont réconciliés , tout est bien qui finit bien, Shakespeare peut quitter la scène en toute sérenité.

Une chute qui fait la part belle au côté ensoleillé  de l’humanité – des sentiments nobles comme l’amour, la faculté de pardonner , la  volonté de réconciliation, le désir d’apprendre …- après en avoir illustré la noirceur -avidité , cupidité , jalousie , rancœur, manipulation,  vile flatterie …La dernière pièce de  Shakespeare est pédagogique , elle nous aide à nous faire une idée de ce qu’est ou devrait être l’humanité, nous, en somme ; grâce à la mise en scène de Christophe Lidon , cette tragi-comédie nous est présentée comme une  fantaisie à la  gaieté bouffonne sans oublier toutefois quelques messages dont nous retiendrons celui-ci  à propos de Prospero nous rappelant qu’un esprit éduqué est le meilleur moyen de lutter contre l’obscurantisme et tous les côtés sombres de l’âme humaine : « grâce à la magie que lui confèrent ses livres, il maîtrise les éléments naturels et les esprits ».

On ignore où Shakspeare a puisé le sujet de la Tempête ; il paraît cependant assez certain qu’il l’a emprunté à quelque nouvelle italienne que jusqu’à présent on n’a pu parvenir à retrouver.

source : http://www.baleenfrancais.ch/

Posté par sandrine66 à 04:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2014

montage3

Posté par sandrine66 à 06:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2014

L'homme qui adapte !!

 

Sadler-embarque-dans-la-tempete-shakespearienne_image_article_large

 

 

Comme tout homme de théâtre - qui se respecte - de Sa Majesté la Reine, il aime la langue de Shakespeare. La vraie, celle où il trouve subtilité, beauté, poésie. Celle d'un Anglais de la Renaissance, à mille lieux de la langue anglo-saxonne d'aujourd'hui « Je peux dire avec une certaine arrogance anglaise que Shakespeare n'est pas compris par les Anglais. C'est une langue magnifique, qu'on ne parle plus, pour des textes qui ont une portée métaphysique », savoure Michaël Sadler. Homme de lettres, metteur en scène, Michaël Sadler porte souvent haut le bel étendard de l'humour britannique. Mais avec Shakespeare, il se fait sage et révérencieux. On ne badine pas avec le maître William qui, selon lui, a modernisé l'écriture du théâtre européen.

Pour la première fois de sa carrière, Michaël Sadler s'est vu demander d'adapter « La tempête » de Shakespeare par Christophe Lidon, le nouveau directeur du théâtre Cado, à Orléans. « Initialement, le projet se faisait avec Claude Rich. J'ai commencé les répétitions avec Claude, je le voyais une fois par semaine chez lui, mais il a eu des soucis de santé. Claude Rich a été remplacé par Alain Pralon, sociétaire honoraire de la Comédie-Française. Un acteur magnifique, une Roll's de théâtre ». Deux grands acteurs accompagnent Pralon et Sadler dans cette Tempête : Dominique Pignon et Sarah Biasini. Son défi aura été de donner à « La Tempête » « une version théâtrale musclée, intelligible », d'arriver « à ce que le public comprenne la densité du texte tout en s'amusant ». Si, finalement l'élève Sadler peut badiner avec le maître Shakespeare… « C'est l'histoire d'un duc, Prospero, déchu par un frère perfide, expédié en mer pour le faire mourir, raconte le metteur en scène. Il échoue sur une île habitée par un esprit, Ariel, qui devient son serviteur, et un être monstrueux, le fascinant Caliban, joué par Dominique Pignon, à qui il voudrait bien apprendre les bases de la civilisation. C'est à cet être sauvage que Shakespeare a donné la poésie la plus totale. Quant à Prospero, il a des pouvoirs magiques auxquels il renonce. Tout comme Shakespeare a renoncé au théâtre après cette pièce ». Christophe Lidon aura vu en Michaël Sadler le seul Anglais capable d'affronter littéralement cette tempête. « Sur scène, traduire Shakespeare n'est pas compréhensible. Il ne faut pas imiter la complexité de son écriture, sinon on s'embourbe dans un marécage de mots », dit-il, avec une parfaite maîtrise de la langue de Molière.

 

source : http://www.lanouvellerepublique.fr/

Posté par sandrine66 à 20:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Image tendresse

Moi qui suis absolument contre les photographies de paparazzis, j'ai voulu publier celle-çi car elle me touche... On y voit un petit bout entourée de beaucoup d'amour....

bbsarahmamannadou

Posté par sandrine66 à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]