-->

Sarah Biasini comédienne

Sarah Biasini, une comédienne de talent.

22 octobre 2015

C.V. de Sarah

 

ARTISTE INTERPRÈTE CINÉMA LONG MÉTRAGE 2011 ASSOCIÉS CONTRE LE CRIME Réal : Pascal THOMAS 2010 BLIND TEST Réal : Georges RUQUET 2009 UN HOMME ET SON CHIEN Réal : Francis HUSTER 2005 MON PETIT DOIGT M'A DIT... Réal : Pascal THOMAS COURT MÉTRAGE CINÉMA
2004 PRINTEMPS DE VIE Réal : Igor TRIFUNOVIC
ARTISTE INTERPRÈTE THÉÂTRE
2015 RING - De Léonore CONFINO - Msc. : Catherine SCHAUB Tournée 2015 RING - De Léonore CONFINO - Msc. : Catherine SCHAUB Théâtre du chêne Noir (Festival d'Avignon) 2014 BASH - De Neil LABUTE Adap. Pierre LAVILLE - Msc. : Gilbert PASCAL Théâtre 14 2014 LETTRE D'UNE INCONNUE - De Stefan ZWEIG - Msc. : Christophe LIDON Tournée 2014 LA TEMPÊTE - De William SHAKESPEARE Adap. Michaël SADLER - Msc. : Christophe LIDON CADO - Th. d'Orléans et tournée 2014 LETTRE D'UNE INCONNUE - De Stefan ZWEIG - Msc. : Christophe LIDON Festival 2014 BASH - De Neil LABUTE Adap. Pierre LAVILLE - Msc. : Gilbert PASCAL Théâtre des Mathurins 2013 LETTRE D'UNE INCONNUE - De Stefan ZWEIG - Msc. : Christophe LIDON Tournée 2012 ZERO S'EST ENDORMI - De Valerie ALANE - Msc. : Christophe LIDON Théatre Artistic Athévains
2011 LETTRE D'UNE INCONNUE - De Stefan ZWEIG - Msc. : Christophe LIDON Théâtre des Mathurins Théâtre des Mathurins
2009-2010 QU'EST-CE QU'ON ATTEND? Msc. : Salomé LELOUCH Ciné 13
V.M.A. : Sarah BIASINI - CV 22/10/2015 22:10   1/2
2009 L'ANTICHAMBRE - De Jean-Claude BRISVILLE - Msc. : Christophe LIDON 2008 MAESTRO - De Hrafnhildur HAGALIN - Msc. : Christophe LIDON 2008 LE COCHER - De Selma LAGERLÖF 2007 PERSONNE NE VOIT LA VIDEO - De Martin CRIMP - Msc. : Linda BLANCHET 2005 PIEDS NUS DANS LE PARC - De Neil SIMON - Msc. : Steve SUISSA Théâtre Marigny

Posté par sandrine66 à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Si vous souhaitez contacter Sarah Biasini voici l'adresse de son agence artistique

adresse sarah

Posté par sandrine66 à 22:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2015

 

Il existe un groupe Facebook consacré à Sarah Biasini. Si sa carrière vous interesse, vous y serez les bienvenus !!

 

groupe

Posté par sandrine66 à 21:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 octobre 2015

 

En ouverture de la saison théâtrale, Bruno Rapin expliquait qu'elle devait débuter par des spectacles forts :«C'est cela qui donne le ton de toute la saison, de sa réussite…». La semaine dernière, le théâtre affichait complet, tout comme mercredi soir, pour assister à la pièce «Lettre d'une inconnue», preuve s'il en est de la justesse des choix de la programmation. Avant même l'extinction des lumières, le ton était donné par Bruno Rapin : «Sur scène, ce sont des comédiens mais aussi des humains d'exception…». Une soirée également dédiée à Jacques Balmont, «qui a toujours aidé et soutenu le théâtre et les actions culturelles de la ville».

Une nouvelle de Stephan Zweig à l'origine de cette pièce. Une nouvelle que certains spectateurs s'étaient empressés de lire, ou de relire, afin de se mettre dans l'ambiance ; d'autres n'ont pas voulu, «afin de ne rien perdre de l'interprétation scénique».

Dès l'entrée sur scène de Frédéric Andrau, l'écrivain qui reçoit la lettre, celui par qui l'amour arrive, celui aussi qui ne se souvient pas, ne veut pas se souvenir de cette petite fille qui habitait sur le même palier que lui, le père de cet enfant tout juste décédé. Dès son entrée sur scène, le public retient son souffle, lit la lettre avec lui… La voix de Sarah Biasini vient de la salle, prend le relais de la lecture. Ses sentiments explosent, son amour est mis à nu, son histoire, ses doutes, ses espoirs déçus. «Je n'ai aucune lettre de toi…» Mais cette voix vient d'outre-tombe, de loin, et tente de se frayer un chemin à travers les souvenirs de l'écrivain. Jusqu'à la fin de la pièce, la tension est palpable dans le public, même les toussotements se font discrets. Jusqu'à la libération, les applaudissements, les rappels, les sourires des 2 comédiens. Du théâtre, vrai, sans artifice et vraiment, des comédiens et des humains d'exception.

http://www.ladepeche.fr/

Posté par sandrine66 à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2015

IMG_1253 - Copie

Très belle soirée théâtrale à Villeneuve-sur-Lot. La lettre d'une inconnue a trouvé un public attentif et qui a salué la prestation de Sarah et Fréderic par de nombreux applaudissements. Bravo les comédiens !!!

Posté par sandrine66 à 03:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 octobre 2015

magical

Posté par sandrine66 à 17:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 octobre 2015

La dépêche.fr

 

«Lettre d'une inconnue», le talent de Sarah Biasini

Une nouvelle de Stéphan Zweig ; un metteur en scène, Christophe Lidon qui connaît bien son actrice principale ; une actrice qui porte le texte, Sarah Biasini, fille de Romy Schneider, «déchirante de gravité et de fragilité, une âme lumineuse plongée dans les ténèbres…». Une plongée dans l'univers de Zweig mercredi 14 octobre. Toutes les critiques ont été unanimes pour saluer la performance de l'actrice face à ce texte qui pousse toujours plus loin l'analyse du sentiment amoureux et de ses ravages. «Sa présence sur scène est très particulière. Elle irradie littéralement et vit son texte totalement», explique Béatrice Delléa, «c'est d'ailleurs mon coup de cœur de la saison».

Posté par sandrine66 à 01:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 octobre 2015

 

 

Posté par sandrine66 à 13:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2015

Quelques phrases de La lettre...

 

Mon enfant est mort hier. Trois jours et trois nuits durant, j'ai lutté avec la mort pour sauver cette tendre petite vie ; quarante heures durant, alors que la grippe secouait de fièvre son pauvre corps, je suis restée à le veiller. J'ai appliqué des linges frais sur son front ardent ; nuit et jour j'ai tenu ses petites mains fébriles dans les miennes. Au troisième soir, je me suis effondrée. Mes yeux n'en pouvaient plus, ils se fermaient sans que je m'en rende compte. J'ai dormi trois, peut-être quatre heures sur un mauvais fauteuil, et la mort en a profité pour s'emparer de lui. Maintenant il repose là-bas, le pauvre chéri, sur son petit lit d'enfant, dans la position où la mort l'a pris ; on lui a simplement fermé les yeux, ses yeux sombres et intelligents ; on a joint ses mains sur sa chemise blanche, et quatre cierges brûlent d'une flamme vive aux quatre coins du lit. Je n'ose pas regarder, je n'ose pas bouger, car quand les flammes vacillent, des ombres passent sur son visage et sur sa bouche close ; alors c'est comme si ses traits s'animaient, et je croirais presque qu'il n'est pas mort, qu'il se réveillera et que de sa voix claire il me dira des mots pleins de tendresse enfantine. Mais je le sais, il est mort, et je ne veux plus regarder, pour n'avoir plus à espérer, pour n'être pas déçue une fois de plus. Je sais, je le sais bien qu'il est mort, mon enfant est mort hier. Maintenant je n'ai plus que toi au monde, toi qui ne sais rien de moi, toi qui en ce moment même joues sans te douter de rien, ou alors t'amuses de quelque objet ou personne. Plus que toi qui jamais ne m'auras connue et que j'aurai toujours aimé.

Posté par sandrine66 à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2015

Les petits chapeaux !

Posté par sandrine66 à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]